Yvon Dallaire, M.Ps.

Sauvez votre couple !

Sauvez votre couple !

Tout couple mérite d’être sauvé. Si votre relation amoureuse est problématique, il n’est peut-être pas trop tard pour confronter la situation et rétablir l’équilibre entre vous et votre partenaire. Toutefois, pour y parvenir, vous devrez agir là où vous avez un réel pouvoir, i.e. sur vous-même. Pour être heureux en couple, vous devez prendre la responsabilité de votre couple, toute la responsabilité, à 100 %.

Agir dès maintenant
Si vous êtes insatisfait de votre relation de couple, n’en accusez surtout pas votre partenaire. Mais demandez-vous plutôt : « Où ai-je appris à vivre en couple ? » Ne jouez surtout pas au jeu préféré des couples malheureux qui s’enfoncent : « Qui a raison ? Qui a tort ? » Dans ce jeu, les deux ont tort, car dans un couple heureux, il ne peut y avoir que deux gagnants, jamais un gagnant et un perdant.

Si, donc, vous êtes malheureux de votre relation conjugale, CHANGEZ ! Ne changez pas de partenaire, vous récréerez probablement la même dynamique qui vous mènera au même cul-desac. N’essayez pas non plus de changer votre partenaire, vous ne ferez que stimuler sa résistance. Non, la personne qui doit changer, c’est VOUS : vos attitudes, vos croyances, vos réactions, vos comportement… Et vous devez le faire dès maintenant, que votre partenaire soit ou non prêt lui aussi à faire des changements. N’attendez pas après votre partenaire, reprenez immédiatement le contrôle de votre vie et de votre couple. Redevenez la personne qui mérite et exige la qualité et inspire le respect, qui ne se satisfait de rien de moins qu’un amour vécu au présent et durable.

Ne vous fiez pas non plus aux professionnels qui vous disent que vous devez apprendre à mieux communiquer et apprendre à résoudre vos conflits de couple. Ces croyances peuvent vous causer des torts irréparables. Pourquoi ? Parce que la majorité des conflits conjugaux sont insolubles et parce que la communication, trop souvent, complexifie la relation plutôt que de la résoudre, comme vous avez eu à plusieurs reprises l’occasion de le vérifier. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut cesser de dialoguer, mais de cesser de croire en la toute puissance de la communication.

N’essayez pas, par exemple, de modifier l’insécurité financière de votre partenaire, acceptez cette insécurité et consultez, si nécessaire, des conseillers financiers pour établir un budget qui tienne compte de l’insécurité financière de votre partenaire et de votre sécurité. Rien ne sert de discuter à ce sujet. N’essayez pas de modifier l’attitude restrictive de votre partenaire face à l’éducation de vos enfants ; convainquez-vous vous-même que vos enfants ont besoin de votre permissivité et de sa discipline pour apprendre la maîtrise d’eux-mêmes. Laissez-le intervenir à sa guise si vous voulez qu’il vous laisse intervenir ; n’intervenez pas en même temps, sinon les enfants seront divisés. Appuyez-le, s’il est intervenu en premier, même si vous n’êtes pas d’accord avec sa façon de faire.

Lâcher prise et responsabilisation
Cette façon de faire est tout sauf de la soumission ou de la démission. C’est plutôt du lâcher prise et de la responsabilisation. Je laisse l’autre responsable de ses actes, émotions ou réactions et je prends l’entière responsabilité de mes actes, émotions ou réactions. Je laisse vivre l’autre et je m’organise pour être heureux avec l’autre. Je ne prends pas la responsabilité du bonheur ou du malheur de l’autre et ne fais pas reposer sur les épaules de l’autre la responsabilité de mon bonheur ou de mon malheur.

Si votre couple va mal, ce n’est pas parce que vous êtes incompétent, inadéquat ou, pire, anormal. C’est tout simplement parce que nous n’avez pas appris les habilités et développé les connaissances nécessaires à l’harmonisation de votre couple. Il est dix fois plus difficile d’obtenir un permis de conduire ou de chasse que d’obtenir une licence de mariage ; aucune exigence ne vous ai imposé pour vivre à deux, sauf peut-être de vous aimer. Or l’amour est une émotion, i.e. de l’énergie en mouvement (e = motion) ; donc l’émotion amoureuse change avec le temps et les circonstances. Que faire pour l’entretenir ? La même chose que vous faites pour le détruire. Mais, à l’inverse.

Personne ne vous a appris à comprendre et gérer vos émotions. Personne ne vous a appris à vivre en relation. Votre relation amoureuse ne fonctionne pas parce que VOUS vous organisez pour qu’il en soit ainsi. Vous avez engendré cet état en élaborant, en programmant et en modelant activement, efficacement et continuellement votre mode de vie afin de créer et supporter cette relation malsaine. Votre éducation vous y a probablement prédisposé. De la même façon qu’un sportif s’organise pour être en bonne santé, ainsi font les obèses pour prendre du poids. De la même façon qu’une personne heureuse en couple programme son bonheur, ainsi font les personnes malheureuses en couple.

La décision vous appartient
Alors, que décidez-vous ? Vous lâchez prise sur vos tentatives de contrôle de votre partenaire et prenez la responsabilité de votre bonheur conjugal ou… vous entretenez votre malheur en entretenant des illusions (l’âme sœur) et des stratégies perdantes (changer l’autre) ? Mon objectif n’est pas de vous blâmer, mais de vous exposer la réalité telle qu’elle est : si votre relation de couple est malheureuse, c’est fort probablement parce que vous entretenez une relation similaire avec vous-même. Changez, et votre couple changera. Résistez, et vous divorcerez.

Vous ne pouvez pas contrôler votre partenaire. Vous ne pouvez qu’agir différemment et lui offrir d’autres stimuli auxquels il pourra réagir. Si vous commencer à vivre différemment, il sera très difficile pour votre partenaire de continuer à cracher son venin. Il se sentira stupide assis dans son coin pendant que vous devenez de plus en plus heureux, de plus en plus optimiste et en paix et harmonie avec vous-même.

Sauvez votre couple implique que vous vous sauviez vous-même. En changeant la façon dont vous vous traitez, vous modifiez le plus important élément de l’équation. Vous ne pouvez offrir ou donner ce que vous ne possédez pas. Vous ne pouvez pas non plus exiger ce que vous n’offrez pas. Le meilleur chemin vers l’autre commence par le chemin vers soi. Pour ce faire, vous devez faire ressortir le meilleur de vous-même. Vous devez VOLONTAIREMENT changer votre manière de pensée, de ressentir, de réagir à votre partenaire et avec vous-même. Vous méritez d’aimer, d’être aimé et de jouir de chaque jour de votre vie. Vous devez donc « reformater votre disque dur » afin de produire de bons résultats.

Êtes-vous prêt ?
Pour arriver au bonheur conjugal, l’amour et la bonne volonté, quoique nécessaires, ne suffisent pas. Il vous faut aussi posséder les bonnes connaissances et utiliser des stratégies efficaces pour y arriver. Pour cela, vous devrez faire des efforts. Oui, oui, des EFFORTS. « Tomber en amour » est relativement facile ; vivre heureux longtemps exige beaucoup d’énergie. Vous devrez travailler à votre bonheur et cessez de croire que l’ « Amour vient à bout de tout ».

Êtes-vous prêt à :
• Remettre en question ce que vous savez sur la gestion d’une relation de couple ?
• Évaluer la qualité de votre relation selon les résultats, peu importe vos intentions et vos promesses ?
• Cesser de vouloir avoir raison pour être heureux ?
• Ne plus jamais critiquer votre partenaire ?
• Vivre au jour le jour, intensément ?
• Changer votre conception de la communication ?
• À abandonner vos illusions et devenir réaliste et honnête avec vous-même, peu importe la souffrance que cela peut engendrer ?
• À confronter sincèrement la réalité de votre relation de couple ?

Difficile de répondre non à ces questions. Répondre oui est, d’un autre côté, insuffisant. Il faut, à un moment donné, cesser de se remettre en question, d’analyser la situation, pour se mettre en action.

Plan d’action
Être vrai envers soi-même et envers l’autre demande beaucoup de courage. Agir efficacement signifie rejeter les solutions de facilité. Mais, peu importe la situation plus ou moins dramatique de votre couple, vous pouvez renverser la tendance : vous pouvez vous donnez une dernière chance d’être heureux dans votre couple, dans CE couple. Les couples malheureux sont comme une locomotive qui se dirige à vive allure vers un précipice au-dessus duquel n’existe aucun pont, chacun des partenaires activant une roue de la locomotive. Si l’un des partenaires met un frein au mouvement, le train a des chances d’éviter le précipice. Si les deux décident d’arrêter, on double les chances.

Pour ce faire, vous devrez prendre conscience de l’état actuel de votre relation, en fonction des résultats. Vous devrez d’abord et avant tout établir un diagnostic de ce qui va bien et de ce qui va mal, car vous ne pourrez changer ce dont vous ne prenez pas conscience. Par exemple, quelle est la qualité de vos dialogues ? Combien de temps passez-vous ensemble ? À quand remonte la dernière fois où vous avez dit « Je t’aime » ? Quelle est la fréquence de vos rapports sexuels ? À combien, sur une échelle de 1 à 10, évalueriez-vous l’harmonie émotive de votre couple ? Etc.

Par la suite, vous devrez faire un inventaire de vos connaissances et croyances au sujet de la vie à deux afin de remplacer les croyances qui vous rendent malheureux par des croyances qui vous permettront de lâcher prise, de faire diminuer votre tension et celle de votre partenaire. Exemples de croyances négatives : 1. l’amour rime avec toujours ; 2. le divorce constitue un échec ; 3. hors du mariage, point de salut ; 4. les rares moments de bonheur sont tellement bons que ça vaut la peine d’endurer le reste ; 5. la solitude est la pire des situations. Toutes ces croyances vous enferment dans un carcan et vous paralysent. Changez ces rationalisations par des croyances plus réalistes et sentez le changement :
1. aujourd’hui, nous vivons assez vieux pour connaître plusieurs belles histoires d’amour ;
2. le divorce (surtout si présence d’enfant) est une transformation de notre relation ;
3. le bonheur n’est pas une question de statut civil ;
4. j’ai le droit au maximum de bonheur ;
5. la solitude est le meilleur moment pour réaliser ses rêves personnels.

Les couples malheureux possèdent entretiennent des attitudes et des comportements destructeurs tels : « Je te critique ; tu te défends ». Vous devrez donc apprendre à vous « contrôler » et vous convaincre que vous êtes capable, par exemple, d’arrêter de tenir des comptes et de chercher « qui a commencé » ou « qui est responsable » ; vous devrez cesser de vouloir imposer votre façon de faire les choses, d’attaquer continuellement votre partenaire ou de le bouder (agressivité passive), de jouer à la victime, d’être gentil plutôt que d’être vrai, de refuser de pardonner, d’être insatiable ou jaloux, de vous résigner ou de démissionner. Toutes ses tactiques manifestent le côté sombre de votre personnalité, celui qui tient à tout prix à être malheureux et à empêcher votre partenaire de l’être.

Non seulement vous devrez restreindre votre « instinct de mort », mais vous devrez aussi développer des attitudes et comportements qui fonctionnent dans un couple en réactivant vos éléments positifs : reprenez votre responsabilité et votre pouvoir sur le vécu du couple ; osez prendre des risques, celui de la vulnérabilité et de vos peurs, entre autres ; acceptez votre partenaire tel qu’il est au lieu de vouloir « l’améliorer » ; réactivez vos liens d’amitiés à la base de votre relation ; « honorez » votre partenaire en mettant l’emphase sur ses qualités ; dirigez votre colère contre la situation frustrante et non contre votre partenaire ; soyez franc et direct ; transcendez le quotidien ; mettez fin à votre ambivalence et investissez-vous à fonds dans votre relation. Toutes ces attitudes positives devraient devenir votre style de vie.

Les psychologues observent de plus en plus les couples heureux et, sans parler de recette miracle, il semble exister une formule gagnante qui se présente en deux étapes : 1. Cesser d’exprimer vos frustrations pour apprendre à exprimer positivement vos besoins. Ce n’est pas parce que votre partenaire vous aime qu’il devine vos besoins ; vous devez les lui exprimer. 2. Identifiez les besoins de votre partenaire et tenez-en compte, tout en acceptant que parfois il vous exprime ses frustrations plutôt que ses besoins. Vous pouvez toujours renchérir, mais ce n’est pas nécessaire, ce n’est qu’une option (malheureuse). N’oubliez jamais que les besoins, les vôtres et les siens, ne sont ni bons, ni mauvais ; ils sont, tout simplement, faits pour être satisfaits. Ces besoins sont généralement d’ordre physique, émotionnel, social, psychologique et spirituel. Cherchez ce que vous pouvez faire pour satisfaire les besoins de votre partenaire plutôt que de chercher ce que votre partenaire peut faire pour satisfaire les vôtres. Votre investissement devrait être très rentable. Une relation de couple de qualité est quelque chose qui se mérite et que vous méritez ; il en va de même pour votre conjoint.

Tout ce qui précède doit être fait pour vous-même, sans impliquer votre partenaire ; ce sont les changements intérieurs et extérieurs que vous devez effectuer avant de vous rapprocher de votre partenaire. Lorsque vous vous sentez prêt, prenez l’initiative et devenez le leader du rapprochement, de l’harmonie conjugal. Vous serez gagnant seulement si votre partenaire est gagnant. De trois choses l’une : votre partenaire est déjà impliqué dans ce processus de rapprochement ; votre partenaire vous fait confiance ; votre partenaire est très réticent. Peu importe ; dites-lui votre désir et votre volonté de « retomber en amour avec lui » et mettez en pratique tout ce que vous avez appris. Ne mettez pas de pression et soyez patient dans votre tentative de re-séduire votre partenaire. Cela en vaut le coup : les couples qui y sont parvenus le confirment.

Conclusion
Aucun couple ne peut repartir à zéro, en oubliant le passé. On ne peut pas guérir son couple, on ne peut qu’apprendre à le gérer. Vous pouvez essayer de le faire seul : il existe d’excellents livres qui peuvent vous y aider. Vous pouvez aussi faire appel à un thérapeute conjugal d’expérience qui vous permettra d’accélérer ce processus d’apprentissage. Programmez votre bonheur conjugal.

Commenter