Yvon Dallaire, M.Ps.

Les relations toxiques

Les relations toxiques

Tous les couples vivent des moments difficiles mais, lorsqu’il n’est plus possible de faire autrement, il faut quitter les relations devenues difficiles ou impossibles. Tout couple mérite d’être sauvé, mais pas à n’importe quel prix.

Il existe des relations conjugales auxquelles il faut mettre fin sans délais. Voici huit situations où la relation devient une impasse et dont la seule solution est d’y mettre fin dans les meilleurs délais, même sans thérapie.

1. Vous devez mettre fin à toute relation avec une personne hors d’atteinte parce que votre amoureux est déjà marié, parce qu’il vous dit qu’il ne veut pas s’engager (croyez-le !) ou parce qu’il ne peut pas s’engager à cause d’un travail trop prenant. Ne faites pas comme l’une de mes clientes venue me consulter à 38 ans et à qui son amant promettait de divorcer depuis près de 15 ans.

2. Vous devez aussi divorcer si vous êtes sur des longueurs d’ondes tellement différentes qu’il n’existe aucun point commun, où la communication ne mène nulle part et où, finalement, vous n’avez pas, ou si peu, de plaisir à être ensemble.

3. Si vos besoins d’amour et de tendresse ne sont pas respectés, si votre partenaire rejette votre sexualité, s’il n’y a ni respect, ni honnêteté (des infidélités à répétition par exemple), si vous ne ressentez aucun soutien émotif ou concret, quittez !

4. Si vous avez l’impression que votre couple constitue un territoire dévasté où ne règnent que le vide, l’isolement, le manque, la distance… quittez !

5. Quittez aussi le couple qui n’est qu’un champ de bataille remplit de haine, de colère et d’insultes. À plus forte raison si vous êtes victime de violence psychologique, physique, sexuelle, économique ou si vous-même réagissez par de la violence.

6. Quittez toute relation basée sur la manipulation par la jalousie (tu n’as pas le droit d’exister en dehors de moi), par la faiblesse (je ne suis rien sans toi), par le pouvoir (tu agis comme je veux, sinon je te quitte), par la servitude (je te suis tellement utile que tu ne pourras jamais me quitter) ou par la culpabilité (tout est de ta faute). Il n’y a pas de place pour le chantage dans un couple heureux.

7. Quittez votre partenaire si celui-ci est alcoolique, toxicomane, joueur compulsif, cyberdépendant (sexuel ou non), surtout s’il vous dit qu’il a tout essayé mais qu’il persévère dans ses vices.

8. Et quittez aussi les relations où vous cherchez continuellement à vous convaincre que :
• votre partenaire vous aime malgré sa froideur ;
• c’est tellement bon ce qui se passe parfois (mais rarement) entre vous deux ;
• vous vous disputez parce que vous vous aimez beaucoup trop ;
• l’amour n’est pas tout dans la vie ;
• l’autre ne s’engage pas parce qu’il a peur de l’intimité ;
• l’autre n’a pas appris à exprimer ses émotions ;
• vous croyez qu’il vaut mieux vivre malheureux à deux que malheureux seul.

Ce sont des rationalisations qui vous paralysent, qui minent votre confiance, votre estime de vous-même et qui vous rendront malade, psychologiquement et physiquement, avec le temps. Une thérapie conjugale constitue l’occasion ultime pour vérifier si votre couple est encore possible, à la condition que les deux veuillent y participer et acceptent de se remettre en question. Quitter exigera de nombreux efforts et vous fera vivre un chagrin d’amour. Mais la vie existe après une séparation et elle est souvent meilleure.

Être en vie implique plaisir et douleur. Pour être heureux, il faut : 1. chercher à voir le bon côté des choses, 2. tirer les bonnes leçons de nos expériences et 3. décider de tout faire pour augmenter nos probabilités d’être heureux et minimiser celles d’être malheureux. Le bonheur, y compris le bonheur conjugal, s’apprend et se construit.

On peut choisir d’être heureux ou malheureux en couple.

 

Commenter