Yvon Dallaire, M.Ps.

Chronique #12 : Les illusions sur la communication

Chronique #12 : Les illusions sur la communication

Les illusions sur la communication. 

Plus du tiers des demandes de consultation en thérapie ont trait aux difficultés conjugales. Et la principale difficulté mentionnée par les clients (patients) concerne les problèmes de communication. Après quarante ans d’exercice en thérapie conjugale, j’en viens plutôt à la conclusion que les couples n’ont aucun problème de communication. Je répète : à mon avis, les membres des couples heureux ou malheureux n’ont aucun problème de communication. Par contre, ils entretiennent trois illusions sur la communication.
 
La communication non violente (CNV)
Il existe actuellement de nombreux livres écrits autour de la CNV, technique développée par le psychologue étatsunien Marshall B. Rosenberg et popularisée dans la francophonie par Thomas d’Ansembourg. Cette approche est enseignée par de nombreux intervenants lors d’ateliers sur la communication. La CNV a été développée à partir des travaux de Rogers sur l’acceptation inconditionnelle d’autre et d’Éric Berne sur l’analyse transactionnelle et la communication dite efficace.
 
En soi, cette approche semble très logique :
1.    Décrire la situation en termes observables et sans jugement (O pour observation) ;
2.    Exprimer les attitudes et les sentiments suscités par cette situation (S pour sentiment) ;
3.    Clarifier le besoin (B pour besoin) ;
4.    Exprimer une demande de façon positive (D pour demande).
Comme dans l’exemple suivant : « Lorsque tu laisses tes vêtements dans le salon au lieu de les mettre dans le garde-robe (O),je suisde mauvaise humeur(S) car j’ai besoin de plus d’ordre dans les pièces que nouspartageons (B). Voudrais-tu, s’il te plaît, prendretes affaires et les ranger là où il se doit (D) ? »
 
La communication « Tu » tue
Pour le psychosociologue Jacques Salomé, toute communication qui commence par « Tu » tue la communication. Ce qu’il appelle la communication « klaxon ». J’ai eu l’occasion d’en discuter avec lui afin de lui démontrer que ce n’est pas le « Tu » qui tue la communication, mais bien ce qui vient après ce fameux « Tu » : un reproche (lequel s’adresse au comportement), une critique (laquelle s’adresse à la personne) ou un compliment.
 
Les observations en laboratoire de l’équipe du Dr Gottman (surnommé Dr Love) ont démontré que les membres des couples heureux n’utilisaient pas les principes de la CVN et qu’ils parlaient très souvent en termes de « Tu ». Sauf que, contrairement aux membres des couples malheureux, ils font suivre ce « Tu » d’un compliment cinq fois plus souvent que d’un reproche, encore moins d’une critique. On devrait à mon avis parler d’une communication positive plutôt que non violente. Tout compliment augmente le capital amoureux, tout reproche constitue un retrait de la banque d’amour.
 
Se pourrait-il que la communication efficace ou non-violente soit davantage un dada d’intervenants qu’une véritable stratégie gagnante ? C’est du moins l’avis du DrSylvie Dodin, professeur agrégée de médecine, titulaire de la chaire pour l’enseignement d’une approche intégrée en prévention à la faculté de médecine de l’Université Laval de Québec, pour qui il n’existe aucune synthèse d’études scientifiques, aucune données probantes, pouvant conclure à l’efficacité ou à l’utilité de la CNV. Selon elle, les articles publiés sur la CNV sont une simple description de concepts et de techniques « pour résoudre des conflits ou faciliter les relations entre les personnes ». Or, les problèmes conjugaux sont pour la plupart insolubles. Essayer de résoudre des problèmes insolubles, même en utilisant les principes de la CNV, ne peut mener qu’à la confrontation ou pire, à l’affrontement. Gérons-les à défaut de pouvoir les résoudre.
 
Trois illusions sur la communication
Mon expertise clinique, après avoir écouté des centaines de couple en thérapie, m’amène à la conclusion que les couples malheureux n’ont aucun problème de communication. Sauf qu’ils entretiennent trois illusions concernant la communication, lesquels provoquent les soi-disant problèmes de communication.
 
La première des illusions tient au fait que les gens pensent qu’en communiquant, ils vont nécessairement se comprendre et se mettre d’accord. Même si l’étymologie du mot communication signifie mettre en commun, j’ai l’impression que la communication est davantage synonyme de partage ou de troc que de communion. Si, après nos échanges faits en toute franchise et en toute transparence, nous nous rendons compte que nous ne sommes pas d’accord, nous avons un problème de consensus et non un problème de communication. L’observation des couples heureux nous démontre qu’ils se mettent d’accord pour vivre avec des désaccords lorsqu’ils n’arrivent pas à un consensus.
 
La deuxième illusion concerne le contenu de la communication. Les couples malheureux parlent davantage de ce qui ne vas pas, de leurs conflits, de leurs défauts plutôt que de parler de ce qui va, de ce qu’ils aiment chez l’autre, de leurs qualités et de leurs forces. L’illusion est de croire qu’en disant ce qui ne va pas l’autre en tiendra compte et qu’il adaptera automatiquement son comportement à l’expression du besoin (B) et de la demande (D). Or, toute critique, ou ce qui peut être perçue comme une critique, (même enveloppée de CNV) suscite la défensive et la contre-attaque plus ou moins méprisante et la dérobade de l’un ou l’autre partenaire (lire les quatre cavaliers de l’Apocalypse).
 
Le troisième problème tient à l’interprétation des mots. Un « Je t’aime » dit par un homme n’a probablement pas tout à fait la même signification que dit par une femme ; l’un peut parler de désir alors que l’autre entend affection. Sans parler du ton sur lequel il est dit. Et sans oublier le langage corporel, lequel selon les psychologues constituent plus de 50 % de la communication. Dire un « Je t’aime » en pitonnant sur la télécommande n’a pas la même portée que de le dire en tenant les mains de son partenaire, en le regardant dans les yeux et sur un ton chaleureux.
 
En conclusion, les couples malheureux n’ont pas de problème de communication, ils ont plutôt des problèmes de consensus, de contenu et d’interprétation. Les membres des couples heureux évitent les sujets sur lesquels ils savent qu’ils ne seront jamais d’accord et négocient des ententes à double gagnant sur les conflits qu’ils savent insolubles. Ils préfèrent être heureux plutôt que de convaincre l’autre que « j’ai raison et tu as tort ». On peut continuer de s’aimer même si on est en désaccord et même si notre partenaire n’est pas parfait et que l’on a parfois de la difficulté à comprendre ce qu’il veut. Aimer réellement quelqu’un, c’est arriver à aimer ses défauts et à l’accepter tel qu’il est.

•     •    •     •     •  

Cet article est le douzième d’une série que j’ai commencée à diffuser le 02 mars 2018 afin de vous partager ce que ma vie, mes partenaires, mes amis, mes professeurs, mes clients, mes livres m’ont appris tout au long des décennies de ma vie. J’espère qu’ils vous seront utiles. Pour les recevoir directement dans votre boite courriel inscrivez-vous ici. N’hésitez pas à y inscrire vos parents et ami-es. Pour accéder aux articles précédents, consultez ma section Articles.
 
Vous avez la permission de reproduire et de diffuser ces articles comme bon vous semble, à la condition d’en conserver l’entièreté et la référence. Vous pouvez aussi me joindre en tout temps à yvondallaire@optionsante.com. Je lis tous mes courriels, mais je ne peux vous promettre d’y répondre ou d’y répondre rapidement.
 
Si vous êtes intervenant en relation d’aide et désirez être formé à la thérapie conjugale positive brève et axée solutions, cliquez ici . Si vous êtes déjà formé à la thérapie conjugale et que vous aimeriez une formation en thérapie sexuelle positive axée solutions, je vous invite à vous inscrire à la formation offerte par le sexologue belge Dr Iv Psalti dont vous trouverez la présentation ici. Vous pouvez aussi visiter le site http://fpsp.eu. Ces deux formations sont complètes en elles-mêmes et complémentaires. De plus, elles sont accréditées par l’OPQ et l’OTSTCFQ du Québec en plus d’être recommandées par des organismes européens.
 
Je vous invite à visiter mon agenda pour connaître mes prochaines activités publiques et professionnelles.
 
Je vous souhaite une excellente journée et beaucoup de bonheur.

Commenter